Flash Actu – juillet 2017

24/07/17

icone actualité Article

SMI décrypte pour vous l’actualité santé.

REMBOURSEMENTS PROGRAMME MACRON
Objectif zéro reste à charge d’ici 2022

Lors de son discours de politique générale le 4 juillet, le Premier ministre, Edouard Philippe, a confirmé la volonté du gouvernement de parvenir d’ici la fin du quinquennat à l’absence de reste à charge des assurés sur les lunettes, les soins dentaires et les aides auditives. Il entend ainsi rompre «le cercle vicieux du renoncement aux soins ». Cette mesure représente un coût d’environ « 4,4 milliards d’euros », estime la Mutualité Française. Plusieurs aspects devront encore être précisés dont la nature des prestations qui devront bénéficier d’un reste à charge zéro. « Il faut mettre tous les acteurs concernés autour de la table », a déclaré Thierry Beaudet, président de la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF). Et pour cause : augmenter les remboursements sans pouvoir agir sur les prix représente en effet un risque, celui que les tarifs des dispositifs médicaux « continuent d’augmenter », souligne-t-il. Pour le président de la Mutualité Française, « tout remboursement supérieur par les mutuelles se répercute sur les cotisations des adhérents », a-t-il ajouté. Selon une étude de l’Observatoire des non-recours aux droits et services (Odenore) de 2016, plus d’un quart des assurés interrogés dans les accueils de 18 caisses d’assurance maladie ont dit avoir renoncé à des soins. Dans trois cas sur quatre, les obstacles sont financiers, surtout en l’absence d’une complémentaire santé. Par ailleurs, sur six millions de malentendants en France, trois millions sont appareillables, mais un million d’entre eux ne sont pas équipés, notamment en raison du coût.

ARRÊT DE TRAVAIL - ABSENTÉISME
4 employés sur 10 arrêtés au moins une fois en 2016

40% des employés ont été arrêtés au moins une fois au cours de l’année 2016, selon les résultats du baromètre sur les arrêts de travail publiés par Réhalto, le cabinet spécialisé dans les risques humains et sociaux. En moyenne, les salariés ont enregistré 14,2 jours d’arrêts sur cette même période, soit un taux d’absentéisme de 3,9% dans les entreprises de plus de 50 salariés en France. Ce chiffre s’établit en hausse de 0,6 point par rapport à 2015. Parmi les principaux motifs d’absence, les salariés concernés évoquent notamment des tensions liées à l’organisation du travail ou aux
difficultés liées aux pratiques managériales. Face à ces données, 79% des DRH reconnaissent l’impact négatif des arrêts de travail sur l’organisation de leur entreprise. Toutefois, ils sont moins d’un sur deux (43%) à avoir mis en place des actions de prévention pour faire face aux arrêts de travail.

SANTÉ AU TRAVAIL
Vapoter au travail sera bientôt interdit

L’usage de la cigarette électronique au travail est en passe d’être interdit dans les entreprises. Un décret publié le 27 avril 2017 au Journal officiel précise les modalités d’une interdiction à compter du 1er octobre 2017 sur les lieux de travail ouverts et fermés ainsi que les établissements scolaires et les moyens de transport collectifs fermés. Cette interdiction concerne « tous les locaux recevant des postes de travail situés ou non dans les bâtiments de l’établissement, fermés et couverts, et affectés à un usage collectif, à l’exception des locaux qui accueillent du public ». L’ambiguïté de la formule reste sujette à interprétation. Les bureaux individuels ne seraient pas concernés. Toute personne ne respectant pas la loi s’expose à une amende de 2e classe pouvant s’élever à 150€. Le chef d’entreprise est tenu à une obligation d’information des salariés par le biais d’un affichage. En cas de manquement, il risque une contravention de 3e classe, soit 350 €.

CE QUI CHANGE DEPUIS LE 1ER JUILLET 2017

  • Entrée en vigueur du décret n°2017-372 du 21 mars 2017 fixant un nouveau plafonnement des tarifs applicables aux personnes visées à l’article 4 de la loi Evin (anciens salariés, bénéficiaires d’une rente d’incapacité ou d’invalidité, retraités, salariés licenciés…)
  • Revalorisation de 2 € de la consultation des psychiatres et neurologues (37 à 39 €) et de la consultation des cardiologues (46 à 48 €).

CHIFFRE
Bien-être au travail

42% : C’est le pourcentage de salariés pour qui le premier facteur de bien-être en matière d’ambiance de travail est le fait d’avoir une hiérarchie ouverte au dialogue et bienveillante, avant même les moments de convivialité organisés pour tous les salariés (31%).

complémentaire santé pour les 18-55 ans complémentaire santé pour les 18-55 ans

SIMPLE ET RAPIDE !

Votre souscription 100% en ligne

Choisissez votre mutuelle et souscrivez en quelques minutes.

1
Situation
2
Devis
3
Souscription
4
Validation
Demander un devis